_dsc9600.jpg

FOLIO // JOHAN DESMA

FOLIO // JOHAN DESMA

On lui avait confié une session à Peynier avec les frères Bringer pour leur interview dans le dernier numéro de SOUL, depuis Johan Desma reste un des contributeurs volontaires de SOUL. Ses expos s'accrochent autour de thèmes aussi varié que l'érotisme, la cigarette, les lieux abandonnés avec une touche de peinture mais il reste toujours aussi intéréssé par l'action. Il nous en parle dans ce petit folio. 

 


texte : BB / Photos / Johan Desma
BB le 20 mars 2017

Salut Johan, présentes toi en quelques mots
Hello les gars ! Moi c’est Johan Desma, 26 ans, je suis photographe auteur, originaire de la Drôme.

Dans quel coin traines tu, avec quel crew de bmx ou vtt, sur quel spot ?
Je fais parti du gang du Candy trail, qui occupe le territoire de Romans-sur-Isère (26) sur la côte est. C’est là-bas que mon histoire avec la photographie a débuté, grâce aux riders Bmx et VTT de l’association Tree-cycle. Ce spot de Dirt grandit un peu chaque jour et on reçoit beaucoup de copains de toute la France. 

Tu roules toi même ?
Hum… Disons que j’ai un bmx, et que j’ai réussi à faire un Cancan, une fois. J’aimerais rouler d’avantage mais j’ai beaucoup de projets en cours, difficile de tout cumuler.

_dsc5597.jpg
La Carrière (Isle sur la Sorgue)

Par quel boitier as-tu commencé et quel matériel utilises-tu aujourd’hui?
A l’époque j’avais acheté un konica minolta, paix à son âme. Aujourd’hui j’utilise du matériel Nikon et de l’éclairage elinchrom. Je fais aussi beaucoup d’argentique et j’ai la chance d’avoir un beau-père qui travaille dans un déchetterie, il me ramène parfois des petits bijoux, pour pas un rond !

Depuis combien d’années shootes-tu et comment t’es venu cette passion?
J’ai acheté mon premier appareil photo en 2004, mon dieu comme le temps passe vite ! Je crois que j’ai toujours aimé raconter des histoires, inventer, partager. J’aurais pu faire de la peinture ou de la musique, mais c’est la photo qui m’a choisi. Et on ne s’est plus quitté. 

tim-36invert-peynierjd.jpg
Tim Bringer / 36 invert à Peynier pour le SOUL N°88

Quels sont les photographes français et étranger, bmx ou autres dont tu aimes le travail ?
Le premier qui me vient à l’esprit est Sacha Goldberger, avec sa série Mamika que j’ai adoré. Mon travail est influencé par des photographes comme David Lachapelle, Hadrien Picard, Ray Demski, ou encore Josef Hoflehner, mais je n’ai pas vraiment de modèle ou d’idole. Côté sportif, c’est différent ! J’ai été bercé par la métal Mulisha, Travis Pastrana évidemment, ou encore Andreu Lacondeguy dans la série des « New world Disorder ». En Bmx, Chase Hawk représente ce que j’aime dans ce sport : Only style.

Qu’est ce qui te fait kiffer dans la photo d’action ?
Je crois que les meilleurs moments dans la photo de ride, c’est lorsque tu réussis à réunir le tricks le spot et l’angle de prise de vue. Que tu as cherché toute la journée comment obtenir le meilleur de l’endroit, que le rider a tout donné pour sortir ce qu’il fait de mieux, et que lorsque tu regardes la photo, tu te dis « Ouais, on bien fait de s’acharner ».

_dsc5866.jpg
Romain Mayet (SPAD)

Quels sont les projets qui te font vivre de la photo actuellement ?
Actuellement, c’est la photo d’entreprise et les expos qui me font vivre. 

As tu des B-Side projects, des trucs en cours plus personnels ?
​Ooooh oui ! J’expose en ce moment un travail sur l’érotisme, à Montélimar, puis Valence et Marseille. J’ai aussi une exposition sur la cigarette qui tourne pas mal. J’ai quelques idées côté vélo, et un gros projet sur le graffiti qui pourrait se concrétiser bientôt. Affaire à suivre...

nageuse_1.jpg

Parles nous de cette collaboration avec Monsieur Zéro qu'on a vu l'an passé ?
Mr Zéro est un graffeur originaire de Valence qui peint depuis plus de 10 ans. Son travail est un mélange de graffiti, d’illustration et de typographie. On s’est rencontré dans une friche industrielle, je faisais des photos de skate, il peignait. J’ai toujours aimé faire des images de ces bâtiments abandonnés, mais j’avais envie de leur redonner un peu de vie, de couleur. Grâce à son pinceau Mr Zéro a su relever le défi. Nous avons exposé à Valence, Lyon et Aurillac pour le Festival 10ème art, que je recommande vivement à tous les amateurs de street art. C’était un pur régal ! Mister Z a une grande qualité, il est toujours partant pour de nouveaux projets, motivé et investi par sa passion. Son défaut ? Il ne sait pas faire de vélo Ahah ! 

 

Remerciements
Ma famille en premier,
Les potes avec qui je partage ces moments de vélo et de bière (surtout la bière),
Les amis d’Aurillac pour ce projet, Mon agent parce qu’il n’aime pas que je l’appelle comme ça,
Le monde.

A suivre sur : www.johandesma.com
@johandesma

Titre de la galerie: 
GALERIE DE L'EXPO AVEC MR ZERO

Exclusif