day4_mtpcarmandlenoir-6399.jpg

REPORT // FISE WORLD MONTPELLIER 2018

REPORT // FISE WORLD MONTPELLIER 2018

Tous les ans Montpellier est en suspens le temps d’un week-end prolongé, pour accueillir le plus grand événement d’action sport au monde. En quelques semaines les rives du Lez se voient transformer en véritable terrain de jeu pour tous les amoureux de BMX, skate, MTB, roller, wake … C’est dans une enceinte fermée mais toujours gratuit que riders et publics ont communié pendant quatre jours intenses. Les finales BMX n’ayant eu pu se faire le dimanche, c’est donc les qualifications pour le street et la demi-finale pour le park qui ont compté pour le classement final. On vous a fait vivre ça en direct sur Instagram, mais on revient à froid sur cette 22e edition.


Textes : Clément Le Page - Photos : The Agency & Clément Le Page
Clementlp le 18 mai 2018

Sans doute l’événement majeur de la saison pour les parks riders, le FISE WORLD MONTPELLIER attire comme chaque année un nombre impressionnant de riders, venus s’affronter sur un park aux proportions assez folles. Avec un contest en plusieurs étapes pour pas mal de disciplines, pré qualifications, qualifications, demi-finale et finale, quand la météo ne nous joue pas des tours, le physique est mis à rude épreuve pour tous les participants. L’engagement est bien souvent total, applaudis et encouragés par des milliers de spectateurs, ils donnent le meilleur d’eux-mêmes pour tenter de remporter une place en finale.  Au risque d’encaisser de lourdes chutes, mais toujours soutenus par un public qui répond présent tous les ans. 

dsc_0090.jpg

JAM BMX AVENUE

Avant de passer par toutes les compétitions officielles, BMX Avenue organisait une street jam le jeudi après-midi. Une bonne occasion de se mettre en jambe tranquillement et de profiter de la journée ensoleillée pour rider, chiller, filmer, prendre en photo et soutenir tous les riders qui se sont balancés sur les différents spots sélectionnés par le bon Minot. Le rendez-vous est donné au shop à 14 H, direction le premier spot, un beau gap de marche encadré par deux curbs. Comme pour chaque spots, c’est au fur et à mesure que les gars se balancent, on retiendra le ice pick to bus out de David Gomez et le surfer feeble bien sympathique d’un étranger. S’en suit plusieurs spots de rails plus ou moins engagés qui nous livreront de belles chutes, mais aussi de beaux combos, comme pour Valentin Cotot toujours présent et très à l’aise sur les flats rails qui lui permettent de dévoiler son riding tech. L’après-midi se finit à la cool dans une cour d’école avec deux spots de plans inclinés, mais également un curb et un rail posé en plein milieu, qui permettent à tout le monde de s’exprimer plus facilement. Ça sera le moment de voir le plus de rider à l’œuvre, Olivier Cioffi qui pose des lignes solides avec une régularité impressionnante, Sullyvan Guaincetre claque un beau ice pick 180 hard bus et enfin Joris Coulomb, après quelques essais, valide un 180 Smith to 180 over ice 180 out… Difficile de décrire ce combo tellement les choses se passent vite ! Bref un moment à la cool histoire de bien entamer ce long week-end ! 

C’est le moment que tout le monde attend au FISE, la nocturne de la mini a spine, show unique qui a su nous réserver son lot de surprise comme chaque année. Tout comme le park et le street, pas de finale le samedi à cause de la pluie, mais une soirée de qualification assez folle ! On retiendra le run du jeune Kieran Reilly, qui du haut de ces 16 ans n’a pas froid aux yeux, se balançant dès le premier passage en 3.6 double whip to bar sur la spine. Il fait partie de ces jeunes pushers soutenus par Tall Order, la marque de Sebastian Keep, que l’on va voir de plus en plus ! Autre moment mémorable, le second run du Californien Ratty Matty en slip léopard pour une plus grande agilité. Outre ces sous-vêtements, Ratty nous a proposé un run tellement original à base de switch wheel grab et autres tricks tellement rares sur un FISE. Un grand moment sur cette magnifique mini à spine. Et c’est donc Pat Casey qui s’impose avec un run technique, aérien et toujours ce style inimitable.

Apprécié du public montpelliérain, le flat offre un spectacle unique et rafraichissant parmi toutes les disciplines, plutôt aérienne, présentent au FISE. Les riders font corps avec leur vélo, chacun dévoile un style qui lui est propre dans des runs de trois minutes toujours soutenues par un Kwet qui met le feu à la foule. Depuis cette année, le flat est rentré dans la boucle de l’UCI via le FISE toujours enclin à se rapprocher des fédérations internationales pour promouvoir nos sports. Après avoir remporté la première étape du circuit à Hiroshima, Matthias Dandois arrive en grand favori soutenu par un public déjà rallié à sa cause, comme pour Alex Jumelin le local de l’étape. Mais la concurrence est rude, Jean-William Prevost, grand vainqueur du circuit l’an passé, revient en force comme pas mal de riders avec de nouveaux combos et un niveau toujours plus haut. La demi-finale s’est vu remportée par Mr. Jumelin, talonné de près par son comparse Matthias à seulement 0,96 points. Suivaient non loin derrière, Moto Sasaki le japonnais ainsi que « Viki » Joge Gomez. C’est donc regonflé à bloc que les deux Français et amis, se sont affrontés dans une finale qui a tenu ces promesses. Les riders s’enchaînent, les scores grimpent de plus en plus, Moto Sasaki prend temporairement la première place. Alors que la compétition est mise en suspens pendant quelques minutes à cause d’une météo incertaine, c’est au tour de Matthias d’enflammer l’aire de flat avec ces spins à toutes vitesses. Les combos s’enchainent à la perfection et le résultat suit, 92,93. La pression monte pour Alex Jumelin, le chrono se déclenche et c’est partie pour trois minutes intense. Avec un riding technique basé sur la roue avant, celui qui n’a jamais loupé un FISE à Montpellier réalise lui aussi un run parfait. La délibération se fait attendre, la foule se prépare à exploser. Le score tombe, 91,63 points pour le local, c’est donc une nouvelle victoire pour Matthias qui renforce son statut de leader sur le tour. Explosion de joie pour tout le monde, les deux amis sont côte à côte sur le podium pour une belle image et pour un contest qui restera gravé dans les mémoires !

day4_mtpcarmandlenoir-6426.jpg

STREET CONTEST

Après une jam l’an passé, le street s’offre un nouveau format, plus typé contest avec deux runs d'une minute. L’ambition est là, faire grandir le contest street pour qu’il devienne une étape incontournable pour tous les street riders, pour se faire le FISE a mis les moyens en conviant quelques pointures de la discipline comme Dan Lacey, Bruno Hoffman, Anthony Perrin, Chad Kerley et bien sûr Dennis Enarson, et en mettant un vrai prize money. Le spectacle était au rendez-vous, Chad Kerley lance le bal avec un run ultra consistant sans poser un pied par terre, ce sera surement le seul à réaliser des runs parfaits, hormis son 540 gap. Dan Lacey pose dans son run le fameux axle to 3.6, d’une propreté comme seul lui c’est faire. Quant à Anthony Perrin, il nous délivre un riding tech et complet tout comme Bruno Hoffman, franchement Anto est vraiment arrivé à un niveau de ouf. La qualification pro, c’était l’occasion de faire la connaissance de pleins de nouvelles têtes, argentins, tchèques…etc Les runs s’enchaînent et certains riders se démarquent, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Sans vouloir coller d’étiquette à un rider, quand le run est composé uniquement d’air whip, flair et autres tricks sur les courbes, on se demande si la notion de contest STREET est comprise ou respectée… Bref, cela aura au moins eu pour effet positif d’offrir un beau spectacle à la foule, qui ne saisit pas toujours la difficulté de combos techniques, comme le magnifique smith de Dan Lacey sur le rail en pyramide ! Et c’est donc le boss Dennis Enarson qui remporte sans forcer ce contest street avec la fluidité et la technicité qu’on lui connaît ! En espérant que le contest va réussir à prendre de l’ampleur et attirer toujours plus de monde.

day4_mtpcmatthieumetivet-1575.jpg

LE PARK

Deuxième étape de L’UCI BMX FREESTYLE PARK WORLD CUP, le FISE Montpellier reste l’étape phare de ce tour avec plus d’une centaine de pro rider inscrit pour seulement douze places en finale et un vainqueur. Tous les favoris avaient fait le déplacement, Logan Martin, Daniel Dhers, Nick Bruce, Alex Coleborn…. Les différentes étapes qualificatives se sont enchainées jusqu’à arriver à la demi-finale, avec une météo plus que capricieuse et de forts risques de pluie pour le lendemain, c’était bien une finale qui se préparait. Dès les premiers run la barre est mis très haute avec Marin Rantes en pleine forme qui score à 88.00 points ! Aucun des riders suivant n’atteint un score assez élevé pour venir faire peur à Marin, il faut attendre le passage de Brian Fox qui pose deux fois d’affiler un énorme transfert en double back flip d’un step up à l’autre, mais cela ne suffit pas et il obtient un score 87.60 pts. C’est l’heure la dernière poule, composé des cadors du BMX park. Alors que Andreev et Jose Tores réalisent quelques erreurs qui leurs coûtent chères en point, Logan Martin pose tous ces tricks, atterrit au millimètre et nous gratifie d’un flair one foot one hand qui vient ajouter de la fraicheur à son run. Mais c’était son compter sur un Nick Bruce en feu qui exploite le park dans ses moindres recoins et plaque un flair sur le transfert vers wall, sûrement l’un des plus gros tricks de la journée ce qui lui vaut de gagner l’étape, une victoire amplement méritée pour l’Américain ! On pourra tout de même regretter une nouvelle fois que le jugement favorise autant les bars et les whips au détriment de la propreté et de l’originalité comme ont pu en faire preuve Paul Thoelen et Kevin Peraza. Et la question de revenir sur le tapis du type de bmx qu'on veut voir représenté aux J.O. Le débat risque bien de continuer encore longtemps. Reste que cette 22e édition fut une nouvelle fois haute en couleur, malheureusement avec trop de gris ce dernier jour  ce  qui nous a laissé sur notre faim car on aurait bien aimé voir notamment les best tricks contest sur un park de cette ampleur ! 

Une belle édition, qui aura été une première pour moi. Que l’on soit fan, ou non, de cet esprit de compétition, le FISE est une expérience à vivre avec ces contest de folies et ces soirées mémorables. À l’année prochaine Montpellier !

Titre de la galerie: 
GALERIE FISE 2018

Exclusif