dsc_3931-2.jpg

SOSH URBAN MOTION 2017

SOSH URBAN MOTION 2017

La 6e édition du Sosh Urban Motion s'est terminée  d’une bien belle façon avec une soirée colorée à l’Aérosol, un ancien entrepôt de la SCNF devenu depuis peu le temple du street art à Paris, et donc ce soir le refuge pour les sympathisants du Bmx. Curb avait été ramené un quarter et le très bon « A-frame » de la feu Concrete Wave pour animer un peu plus cette chouette réunion d’anciens et de jeunes bmxers. La Closing party du SUM est toujours un bon moment, mais celle ci avait un goût particulier étant annoncé que ce serait la dernière édition. On ne peut pas s’empêcher de penser que ce serait bien dommage lorsqu’on voit l’évolution intéressante de ce concours de vidéo qui a réussi le pari d’impliquer autant les amateurs que les pros.


texte : BB - Photos : HADRIEN PICARD
webmaster le 26 octobre 2017

 Avec une nouvelle fois plus de 140 participants à la session Wild Card, le concours a été un succès en même temps qu’il élargissait son prisme au delà de nos frontières avec des entrées venues de partout dans le monde, d’Europe, d’Asie, d’Amérique du sud, du nord et même de Magadascar. Plus que jamais le SUM a permis de révéler les talents, les stars de demain. Comment en effet ne pas prévoir un avenir brillant à Jan Mihaly Wild Card Européenne qui finit 2e de la finale avec une accumulation impressionnante de clips tous plus étonnants les uns que les autres. J’ai rarement senti dans un rider une envie aussi intense de réussite ; celle d’Emeric Michon,notre wild card française, n’était pas mal non plus et ça faisait plaisir à voir. Il règnait une belle énergie dans le dortoir du générator. On rigolait bien aussi avec Doeby le filmeur de Demarcus Paul et de nombres autres pros à San Diego. En règle général, et ce depuis le début de l’aventure du SUM, l’ambiance est fantastique parmi les participants. Certes ils ne partagent plus la même villa du début (une rareté introuvable au final) mais le jeu de la compétition amicale est toujours présent. Et chaque soir les duos échanges ont échangé sur combien de clips ont été coché et dans quel quartier ils ont roulé.

soiree-2.jpg
Soirée de Fin

Imaginez vous arriver dans une ville inconnue, prévenu simplement une dizaine de jour à l’avance que vous allez rejoindre Paris pour filmer du street. Il faut alors penser à un scénario (c’est mieux), repérer les spots (pratique), s’équiper en matos permettant d’optimiser l’iphone 8 qu’on gagne avec la wildcard et qui sert  à filmer la vidéo (obligatoire). Heureusement, des riders parisiens acceptent chaque année de partager leur connaissance des spots de la ville et sa banlieue et guident ainsi les teams. Un véritable défi d’organisation, d’improvisation qui amène de belles trouvailles de spots et aussi une pluie de NBD sur les spots en question. Après 6 ans, et plus d’une trentaine d’édit pros, Paris a été bien retourné …mais la créativité et l’évolution du riding ajouté à la constante évolution de la ville, à la création de nouveaux quartiers, font qu’on ne s’ennuie jamais au visionnage des vidéos.  Avec des réalisateurs talentueux, audacieux aussi dans leur approche scénaristiques ou même le développement de trouvailles pour ajouter à leur Iphone par exemple une longue focale, et le soleil en prime, on a eu le droit cette année à une cuvée particulièrement brillante. Les images de l'Iphone 8 tout juste sorties sont folles, et on est loin de la première édition où les gars jouaient avec un Iphone 4s.

dsc_3291.jpg
dsc_3265.jpg

Le Sosh Urban Motion c’est donc ça, de la bonne humeur, un révélateur de talent, de la technologie, et une vision moderne et résolument digitale de la part de SOSH (et notamment de Lady Sandy), le fournisseur de téléphonie mobile fidèle aux sports actions depuis quelques années (cf soul antipodes, freestyle cup, sosh truck …). Le Sosh Urban Motion, c’est aussi l’occasion de voir en France parmi les plus grand riders de la planète. Kennedy, Donnachie, Williams, Martinez, Adams, Enarson, j’en passe et on a rêvé le meilleur (Reynolds a été à deux doigts de venir hehehe). Cette année la tête d’affiche s’appelait Tyler Fernengel et elle n’a pas déçu avec un riding ultra engagé qui l’aura bien épuisé, lui qui n’est plus habitué à rouler en street chaque jour depuis ses récents problèmes de dos. Mais motivé, il a impressionné sur le choix de ses spots, que du gros, du risqué et du super maitrisé au final, avec un Richard Forne toujours inspiré. Si leur victoire à l’unanimité du jury n’est pas une surprise, la montée sur le podium du rider Colombien unijambiste Julian Molina associé au très bon Fernando Marmolejo en est une belle. Le gamin a repoussé ses limites sur chaque spot qui lui ont inspiré des figures qu’on ne lui connaissait pas. Son engagement et son courage sur certains spots ont fait tomber la bouche de plus d’un à la projection, un moment très émouvant où le duo latino a profité d’une standing ovation. Avec un script d’actualité sur les migrants arrivés à Paris et des images sublimes de  Fernando, il y avait tout ce qu’on aime dans ce concours qui met autant en avant le riding et la qualité du réalisateur. Une 3e place ainsi méritée qui coiffe sur le poteau le reste des vidéos par ailleurs très homogènes, avec du très bon riding de la part de Bruno Hoffman, Joris Coulomb, Demarcus Paul et Emeric Michon (blessé qui a partagé donc sa part avec son filmeur Vincent jokovic.).

dsc_4123-2.jpg
Joris Coulomb. rail ride to 180 bar

Filmer une part de plus de 2.30min en 5/6 jours… c’est un sacré défi pour tout le monde, et les organismes sont mis à rudes épreuves. Peu de sommeil et beaucoup de pressions pour nos duos qui n’échangeraient pour autant leur place pour rien au monde.

Les 7 vidéos ne devraient pas tarder à sortir, le temps de tout clarifier et de digérer aussi ce qui a été sans doute l’une des plus belles éditions. Pour l’avoir suivi de prêt cette semaine (voir instagram soul) et connaissant le degré d’investissement de Yann et Hadrien, mais aussi l’impact que ce concours a sur la scène française, européenne et maintenant mondiale, on ne peut pas croire que ce soit la dernière édition.  Nous verrons bien ce que l’avenir réserve au bon SUM, 6 ans c’est déjà extrêmement rare pour un concours/événement … la preuve que le SUM c’était sans doute bien plus qu’un simple concours.

 

PLUS DE PHOTOS A VENIR DANS UNE GALERIE EXCLUSIVE SUR DIGBMX

Exclusif