11052018-ben_wallace_fise_2018_montpelleir_park_qualifying_zielinski.jpg

INTERVIEW // BEN WALLACE

INTERVIEW // BEN WALLACE

Le monde du BMX regorge de riders talentueux qui marquent une génération, mais combien sont-ils à marquer plusieurs générations?

Pour moi, Ben Wallace fait partie de ces riders! La trentaine passé, le rider anglais continue de parcourir le monde au fil des événements, tout en endossant son nouveau rôle de père. A l'occasion de sa venue au FISE World Montpellier nous avons pu lui poser quelques questions sur sa vie actuelle.


Textes : Rémy Moreau & Clément Le Page- Traduction: Franche Donnard
Clementlp le 16 juin 2018

Ma première question, facile: tout va bien dans ta vie en ce moment?

Tout va bien ! C’est même encore mieux depuis que j’ai ma fille de 2 ans, je suis en train de renouveler ma Greencard pour les U.S (carte de résident américain) et je ride tout le temps.

 

C’est la combientième fois que tu viens au FISE ?

Je pense que c’est la 5ème fois au moins, même plus au final, la première fois j’avais 18 ou 19ans !  Tout est fou ! Des fêtes de malades, mais je sens qu’avec la venue des JO c’est devenu un peu différent. Et avec l’âge je me suis rendu compte que les soirées sont finis pour moi.

Oui avec l’âge c’est dur de récupérer le jour d’après (rires).

Oui, j’ai pris quelques verres hier, je ne suis pas très bien là. J’ai certainement trop bu et ça m’apprendra pour la prochaine fois!

 

Comment trouves-tu le park cette année? Pas trop de fun box… ?

J’apprécie vraiment le park cette année, je pense qu’il y a des modules pour tout le monde et les rampes du FISE sont toujours différentes, donc tout le monde s’ajuste selon le park. Et j’ai l’impression que c’est comme si elles avaient été faites pour moi. Je ne me suis pas super bien débrouillé, mais il y avait vraiment beaucoup de rampes qui correspondaient à mes besoins  et que je pouvais rider comme je le souhaitais.

J’étais déçu de ne pas pouvoir me qualifier, je me suis blessé sur une chute… Mais c’était un park vraiment fun à rouler cette année, un de mes préférées. Pour être honnête je pense que le park de l’édition précédente à Montpellier était un peu au-dessus, mais celui-ci était chanmé à rouler!

 

11052018-ben_wallace_fise_2018_montpelleir_park_qualifying_zielinski_turndown_transfer.jpg
11052018-ben_wallace_fise_2018_montpelleir_park_qualifying_zielinski_no_hander.jpg

 

"Je n’aurais jamais pensé plus jeune, que le BMX m’emmènerait autre part."

 

Qui t’a impressionné sur le park cette année ?

Beaucoup de riders m’ont impressionné. Nick Bruce particulièrement : son riding est impressionnant, pendant les practices il m’a mis une claque, c’est un monstre ! Il est bon sur un vélo et à côté de ça c’est une bonne personne, bref il a tout déchiré. Mais ce n’est pas le seul à m’avoir impressionné, il y a bien sûr Logan Martin, Kyle Baldock, Alex Coleborn, Jack Clark...

Au jour d’aujourd’hui tout le monde est vraiment bon, cela va dépendre de qui va être dans son meilleur jour. Tout le monde peut gagner, le niveau monte tout le temps chez tous les riders, tout le monde peut gagner!

 

Qu’est-ce que tu penses des jeunes riders de chez Monster comme Justin Dowell ?

Ils sont incroyables tous ces gosses.  C’est juste fou de penser quels âges ils ont maintenant, et quel âge j’avais quand j’étais à leur niveau : je n’étais pas aussi bon à leurs âges. Et pour eux, d’être pris par des grosses marques comme Monster et d'être envoyé sur des gros events comme le FISE c’est vraiment cool. Parce que sans leur aide c’est vraiment dur de se faire remarquer, de se faire un nom sur la scène à moins que tu ne sois vraiment exceptionnel et que tu réalises de gros tricks pour te démarquer des autres.

 

Comment se passe la vie aux Etats-Unis?

J’adore les Etats-Unis, la Californie est parfaite pour le BMX, il fait beau tous les jours tout du long de la journée. Il ya beaucoup de spots à rouler, je suis chanceux de faire ce que j’ai envie de faire. Grandir dans une petite ville d’Angleterre et maintenant vivre en Californie, rouler en Moto avec mon BMX à l’arrière pour aller au skatepark, les bosses de dirts ou Woodward… Je n’aurais jamais pensé plus jeune que le BMX m’emmènerait autre part. Je n’habite pas très loin de chez Pat Casey, je roule son backyard de temps en temps ! Il y a tellement de spots, je vis le rêve californien en quelque sorte. J’en profite autant que je peux pour : me dépasser, manger bien, travailler bien, rester fort et être au mieux !

Et puis en Angleterre, tu as ce genre de météo (Temps maussade sur le FISE à ce moment-là). C’est bon pour le moral de se réveiller avec le soleil, ça te donne juste la pêche, ça te rend positif pour tout et n’importe quoi. Ce n’est jamais une mauvaise journée. 

 

 

12052018-dowell3.jpg
Justin Dowell

 

"Je suis fière que les gens me reconnaissent pour ce que je suis."

 

 

Ce n’est pas trop compliqué de concilier vie aux US avec l’équipe Olympique Britannique ?

Ca va être différent, on travaille dessus, actuellement je suis revenu vivre en Angleterre et je fais renouveler ma Greencard pour les USA. Ca va être plus dur de retrouver toute l'équipe, je vais devoir voyager plus. Mais d’avoir le BMX aux Jeux Olympiques c’est une bonne chose, je veux y être quoi qu’ils veuillent que je fasse, je ferais de mon mieux !

 

On se rappelle tous de ton énorme flair à Malaga, tu y retournes cette année?

J’aimerais oui, j’ai manqué la première qualification au Vans US open parce que j’avais beaucoup de déplacements et d’autres engagements. Il y a une autre qualification à Woodward East à laquelle j’espère pouvoir participer.

Si j’y retourne, à Malaga, j’aimerais pouvoir refaire le flair encore car c’était une des images marquantes de l’année précédente, c’était le plus gros flair que je n’ai jamais fait ! J’adorerais retourner rouler le park, être dans le circuit encore, mais beaucoup de choses se passent en ce moment dans le BMX, beaucoup d’évènements se croisent, c’est difficile d’être présent partout.

Je voyage beaucoup, j’ai la famille à la maison, je veux voir ma fille, ma femme… Cela fait partie de mes devoirs, c’est ma vie.  C’est difficile d’être tout le temps ailleurs quand tu as une famille, avoir un enfant a fait de moi quelqu’un d’autre et je veux qu’elle soit fière de son père ! C’était merveilleux qu’elle puisse être avec moi pour le contest Vans à Malaga l’année dernière.

 

Des projets en particulier cette année?

On a la Mongoose Jam qui arrive bientôt, c’est un projet vidéo avec une équipe de riders, j’essaye aussi de filmer une autre vidéo pour Mongoose (voir la vidéo ci-dessous). Et puis prochainement je m’envole pour l’Afrique du Sud à l’occasion de La Night Harvest et après il y a les Ultimate X.

Je ne suis jamais au même endroit bien longtemps. Je rentre en Angleterre pour 12 heures puis je vais directement en Afrique du sud, puis une semaine à la maison, une semaine aux US pour la Mongoose Jam, je reviens une semaine à la maison, puis je vais encore à un autre contest, je retourne encore à la maison puis je vais au FISE au Canada… J’adore ça, c’est génial.

Je n’aurais jamais pensé quand j’étais gamin que je voyagerais dans tous ces endroits grâce à mon vélo, et ce vélo m’emmène partout dans le monde.

Je ne remercierais jamais assez mes sponsors pour ça car c’est un rêve devenu réalité. Je suis fière que les gens me reconnaissent pour ce que je suis.

Merci à Ben Wallace d'avoir pris le temps de répondre à nos questions

Retrouvez Ben Wallace sur instagram (@benwallacebmx) !

Exclusif